Palais chehel Sotoune - GUIDE INFO IRAN CIRCUITS SÉJOURS

GUIDE INFO IRAN

Créer votre guide de voyage 100% sur mesureVotre guide de voyage en rapport avec votre circuit...

GUIDE INFO IRAN : votre guide et compagnon de voyage qui vous transporte vers l'essentiel et une belle exploration de la Perse & de l'Iran...

Aller au contenu

Palais chehel Sotoune

L'Iran, ses incontournables > Ispahan
Palais de Chehel Sotoun
Adresse    Accès
Ouverture Fermeture
Ouverture   Fermeture

Place Naghsh-e Jahan


 Visiter   
Le palais de Chehel Sotoun (en persan : چهل ستون, « quarante colonnes ») est un palais royal safavide situé à Ispahan, au nord-ouest du complexe d'Ali Qapu. Mesurant 57,80 × 37 mètres, ce monument majeur du règne de Shah 'Abbas II était utilisé pour les cérémonies de couronnement et pour la réception des ambassadeurs étrangers.

Histoire

Ce bâtiment, dont la datation reste très discutée, a sans doute été élevé sous le règne de Shah Abbas II, puis redécoré dans les années 1870. Selon un poème inscrit sur l'édifice et un autre de Muhammad Ali Sahib Tabrizi, il aurait été édifié en 1647-1648, et si certains chercheurs pensent que cet édifice a été construit en plusieurs étapes, la plupart inclinent à penser qu'il fut construit en un seul jet, car il est assez cohérent. Le plan du jardin daterait peut-être de Shah Abbas Ier, auquel Kaempfer attribue tout le dessin des plans du Chāhār bāq.

La découverte de deux inscriptions en 1957 et 1964 a beaucoup aidé à clarifier l'histoire du palais. Il a été terminé par Shāh Abbas II en 1647. Des rénovations ont été faites après un incendie en 1706, pendant le règne du Shāh Soltān Hossein. Plusieurs cérémonies ont été décrites au Chehel Sotoun : le couronnement du Shāh Soleymān par exemple et d'autres décrites par Jean-Baptiste Tavernier. À l'époque Qajare, le palais a pendant un temps servi d'atelier pour les fabricants de tentes du prince Zell-e Soltān (1881). Dix ans plus tard, le palais servait à nouveau selon sa première destination, le prince Zell-e Soltān y tenait alors des audiences journalières.

Architecture

Le palais est situé au milieu d'un jardin qui faisait à l'origine 7 hectares, situé entre la meydān-e shāh (place Naghsh-e Jahan) et le chāhār bāgh. À l'est s'étend un long et étroit bassin rectangulaire (115 × 16 mètres environ), dans lequel il se reflète. Les quatre statues de jeunes filles avec des lions qui ornent actuellement ses coins étaient à l'origine dans un autre palais du début du
xixe siècle, le Khalvat-e Sar Pushide, qui n'existe plus aujourd'hui.
D'après Kaempfer, il existait auparavant un bassin sur le côté ouest, pour que le bâtiment et le jardin forment une seule unité continue.

Le noyau du palais est une grande salle d'audience (G), ouverte par trois petites portes, et cantonnée de quatre petites pièces aux angles (P1, P2, P3 et P4). Cette partie est couverte de trois coupoles peu profondes entre deux voûtes transversales, rappelant ainsi les structures des palais sassanidesFirouzabad par exemple), et faisant contraste avec le talar, qui rappelle l'architecture achéménide. S'y ajoutent un grand iwan qui ouvre sur l'extérieur (entre P1 et P2) et deux portiques latéraux (T1 et T2) au nord et au sud. Un second iwan, interne (entyre P3 et P4) mène à un grand porche en trois parties, puis à un vaste talār (porche à colonnes) à l'est, avec un bassin rectangulaire au centre.

Le talār compte dix-huit colonnes de section octogonale et de 13,05 m de haut. Il ressemble fortement à celui d'Ali Qapu, qui est attribué au Shah Abbas le Grand, et plus lointainement, à l'architecture achéménide avec ses colonnes de bois et son toit plat. Au xviie siècle, Chardin décrit les colonnes comme étant « tournées et dorées ». Les colonnes reposent sur des socles de pierre et se terminent par des chapiteaux ornés de muqarnas. Des lions sont sculptés sur le socle des quatre colonnes se trouvant autour du bassin central. Après la restauration de 1706, les colonnes étaient ornées de petits morceaux de miroirs .

Deux colonnes additionnelles séparent le talar de la pièce adjacente où est situé un emplacement surélevé et retiré pour un trône. Kaempfer, un voyageur du début du xviiie siècle, a décrit les trois sections du palais : la plus basse, ou talar, pour les invités du Shah ; la seconde pour les notables du royaume, avec des banquettes pour prendre des repas et un second bassin ; et la troisième, le palais, avec un iwan contenant la plateforme du trône et entouré de niches voutées. Les murs sont recouverts de marbre jusqu'à mi-hauteur, peints et doré, et la partie haute est couverte de cadres de cristal de différentes couleurs.

Le bâtiment compte donc vingt colonnes, qui se voient comme quarante quand elles se reflètent dans le grand bassin faisant face au palais, ce qui a donné son nom au palais : Chehel Sotoun signifie "quarante colonnes" .






Téhéran, Shiraz, Ispahan, Kashan
Téhéran, Shiraz, Ispahan, Kashan
Téhéran, Shiraz, Yazd, Ispahan, Kashan
Téhéran, Shiraz, Kerman, Yazd, Ispahan, Kashan
Téhéran, Tabriz, Mashhad, Shiraz, Kerman, Yazd, Ispahan, Kashan
Téhéran, Ahvaz, Boushehr, Shiraz, Kerman, Yazd, Ispahan, Kashan
Retourner au contenu